Après avoir passé la soirée avec deux escort-girls en plein confinement. Il s'en était excusé. Egalement sermonné par la police pour avoir circulé dans le rue avec Wayne Rooney, il a de nouveau enfreint les règles ces derniers jours.


The Sun a révélé que l'international anglais avait brisé le confinement à trois reprises en 24 heures. Il s'est ainsi rendu chez sa soeur pour assister à sa fête d'anniversaire, puis chez ses parents avant d'être surpris, le lendemain, en train de faire du vélo.

"J'ai l'impression d'être harcelé"

Ces révélations ont provoqué la colère du joueur qui a publié un long communiqué pour se plaindre du harcèlement dont il est victime. "J'ai récemment traversé l'une des périodes les plus difficiles de ma vie, dont je prends l'entière responsabilité, a-t-il écrit. Cependant, j'ai maintenant l'impression d'être harcelé."

"Cela ne m'affecte plus uniquement, mais également la santé de ma famille et de mes jeunes enfants, a-t-il poursuivi. En ce qui concerne les événements de mercredi, je me suis rendu à Sheffield pour donner à ma sœur une carte d'anniversaire et un cadeau, mais aussi pour parler à l'une des rares personnes en qui je crois pouvoir faire confiance dans ma vie."

"Elle m'a prise dans ses bras pour me rappeler à quel point elle se souciait de moi et que je suis aimée. Que suis-je censé faire, la repousser? Je suis ensuite allée chez mes parents pour prendre des repas faits maison. Encore une fois, ça a été des mois extrêmement difficiles pour eux: tout ce que j'ai vécu dans ma vie, ils l'ont vécu avec moi."


"Qu'est-ce que mes parents et ma sœur ont fait pour mériter que leur vie privée soit envahie par des photographes qui me suivent chez eux? J'ai constamment l'impression d'être suivi. Je ne me sens même pas en sécurité dans les limites de ma propre maison, pourquoi devraient-ils ressentir cela aussi? Qui mérite ça?"

"A quel moment la santé mentale est-elle prise en considération?"
"Je suis dans une position privilégiée en tant que modèle et athlète professionnel et je peux vous assurer que je ne le prends pas pour acquis. Mais, à quel stade mes sentiments sont-ils pris en considération?"


"À un moment où l'accent est naturellement mis sur Covid-19, à quel moment la santé mentale est-elle prise en considération, une maladie qui affecte chaque victime différemment? Je suis un être humain, avec des sentiments de douleur et de colère comme tout le monde. Apparaître aux yeux du public en tant qu'athlète professionnel ne vous immunise pas contre cela. C'est triste, mais j'ai l'impression que ma vie est examinée sans aucun contexte. Je comprends si les gens sont contrariés ou en colère contre moi, mais il était important que les gens comprennent mieux ma vie."